Les fleurs aquatiques

Vous avez un point d'eau chez vous ? Et souhaitez le dynamiser ? Installez-y de jolies fleurs aquatiques qui vous procureront une ambiance apaisante tout en vous offrant un bel ornement. Certaines fleurs sont mêmes oxygénantes ! Faites donc bien votre choix : découvrez ci-dessous les 54 fleurs aquatiques répertoriées dans notre dictionnaire des plantes.

Afin de trouver la fleur aquatique la plus adaptée à vos besoins et envies, que vous en vouliez une flottante ou immergée, pour un bassin ou un étang, exposée au soleil ou à l'ombre, utilisez notre service Trouver une plante.

Vous décimez tout végétal que vous approchez ? Adoptez ceux qui n’ont besoin ni d’entretien, ni de lumière ! Vous cherchez une plante à fleurs rouges ? On les a toutes en stock !

Bref, on a la fleur aquatique parfaite, trouvez-la !

À noter : un arrêté du 4 septembre 2020 comporte en annexe une liste d'espèces pouvant être toxiques en cas d'ingestion, entraîner une allergie respiratoire par le pollen, des réactions cutanéomuqueuses, ou une réaction cutanée anormale en cas de contact avec la peau et d'exposition au soleil (phytophotodermatose). À ce titre, les distributeurs ou vendeurs de ces espèces susceptibles de porter atteinte à la santé humaine doivent une information préalable, visible et lisible, aux acquéreurs de ces végétaux.

 

Aeschynomene fluitans

Aeschynomene fluitans
© Oeropium/CC BY 3.0/Wikimedia

Aeschynomene fluitans est une plante vivace d'étang ou de bassin de jardin, à croissance rapide et aimant la chaleur. Les jolies fleurs jaunes se distinguent facilement sur les feuilles vertes, lesquelles réagissent au toucher en se rétractant.

Aglaonéma

Aglaonéma
© Thinkstock

C’est une plante ornementale qui vit de nombreuses années et qui est facile à cultiver comme plante d’intérieur, de serre ou de véranda. On la cultive en pots, en bacs ou en jardinières, en isolée ou associée à d’autres plantes à feuillage qui favoriseront l’humidité atmosphérique dont elle a besoin. Elle se prête aussi à l’hydroculture.

Anemopsis californica

Anemopsis californica
© Elaine with Grey Cats CC BY-SA 2.0/ Flickr

L'anemopsis de Californie, Anemopsis californica, est une plante vivace préférant les sols très humides ou de l'eau peu profonde. Les emblématiques « fleurs » blanches, hermaphrodites, durent deux mois complets en début d'été.

Apium repens

Apium repens
© Lamiot/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Surtout présente en Europe de l'Ouest et centrale, l'ache rampante est naturellement adaptée à nos climats. Elle pousse dans les prairies humides sujettes aux inondations hivernales, généralement près des rivières, dans les marais tourbeux et les étangs. Elle préfère un peu de fraîcheur et est absente du climat méditerranéen.

Aponogeton distachyos

Aponogeton distachyos
© Yasuaki Kobayashi/CC BY 2.0/Flickr

L'épi d'eau, Aponogeton distachyos, s'est naturalisé en Europe et est bien adapté à nos saisons. La floraison blanche très précoce (dès février-mars) et longue (jusque septembre) de cette plante de bassin dégage un subtil parfum de vanille.

Butomus umbellatus

Butomus umbellatus
© gailhampshire CC BY 2.0 / Flickr

Le jonc fleuri, Butomus umbellatus, a un feuillage de couleur bronze devenant vert en vieillissant. Mais ce qui retient le plus le regard avec cette plante aquatique est sa superbe floraison de couleur rosée qui s’étale de juillet à septembre.

Calla palustris

Calla palustris
© Superior National Forest CC BY 2.0/Flickr

Calla palustris, la calla des marais ou arum d’eau, est une plante de bord de bassin de jardin ou de mare naturelle très décorative, qui s’avère également très pratique pour camoufler le tuyau d’eau de la pompe du bassin.

Caltha palustris

Caltha palustris
© Mount Rainier National Park/CC BY 2.0/Flickr

Vivace semi-aquatique rustique, il forme une touffe de 20 à 60 cm de hauteur, compacte et arrondie, ramifiée, qui s’étale grâce à ses rhizomes rampants

À l’état sauvage, on le rencontre exclusivement dans des milieux humides, voire partiellement submergés : fossés, bords de ruisseaux, marécages, prairies humides et bocages, jusqu’à 2 500 m d’altitude.

Chélone

Chélone
© Aaron Carlson/CC BY-SA 2.0/Flickr

Les chélones offrent dans le jardin une forte présence : elles forment de vigoureuses et épaisses touffes de près de 1 m de hauteur, s'étendant sur près de 50 cm d'envergure.

Appréciant les terrains frais, les chélones ornent superbement les berges de rivière, les bords des pièces d'eau.

Crinum

Crinum
© Thinkstock

Le crinum se cultive en pleine terre dans les régions douces sans gelées, en véranda, en serre chaude et en intérieur. Il s’utilise pour former des massifs, des plates-bandes, en isolé ou en potées. Certaines variétés de crinum sont utilisées en aquariophilie.

Le crinum, dont la croissance est plus ou moins rapide selon les espèces, met quelques années à s’installer, mais ensuite elle peut vivre longtemps.

Cypella

Cypella
© Dirkus / CC BY 2.0 / Flickr

L'iris d'eau du Brésil, Cypella aquatilis, est une véritable petite merveille du monde aquatique, on ne pourra lui reprocher que son manque de rusticité. Cette plante rare ravira un plan d'eau avec ses fleurs de 6 à 8 cm de diamètre.

Douve

Douve
© rodtuk/CC BY-SA 2.0/Flickr

La petite douve Ranunculus flammula et la grande douve Ranunculus lingua préfèrent les zones de prairies humides et les berges de plans d'eau. Avec leurs fleurs en bouton d'or, de floraison très longue, elles agrémentent joliment un bassin.

Epipactis palustris

Epipactis palustris
© Björn S.../CC BY-SA 2.0/Flickr

L'orchidée des marais a une prédilection pour les tourbières, les glaisières et les zones humides, sur un sol plutôt calcaire, jusqu'à 1 600 m d'altitude.

Protégée et interdite de récolte en France, Epipactis palustris est vendue en horticulture, la rendant accessible à une plantation dans les jardins aquatiques. En France, l'épipactis des marais existe surtout au nord de la Loire. L'espèce est suffisamment typique, visuellement, pour éviter toute confusion avec une autre espèce du genre.

Geranium palustre

Geranium palustre
© Antti Bilund/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Geranium palustre, d'une taille de 30 à 50 cm, est originaire des prairies marécageuses et humides d'Europe du Nord, centrale et orientale.

Les fleurs poussent habituellement en réunion de deux inflorescences raréfiées. Elles sont rose profond, mesurent de 2,5 à 3,5 cm de diamètre, et sont composées de 5 sépales et pétales avec 10 étamines. La floraison apparaît en juin et dure jusqu'en août, parfois plus tardivement.

Helonias bullata

Helonias bullata
© Kerry Wixted/CC BY 2.0/Flickr

L'intérêt populaire pour l'œillet des marais est fort en raison de ses séduisantes grappes rose vif de fleurs printanières qui apparaissent en avril ou début mai et durent jusqu'à la mi-juin.

L'œillet des marais Helonias bullata pousse en grandes stations denses, souvent localisées en prairie humifère, créant un magnifique paysage. Il apprécie tout autant les zones humides boisées marécageuses qui bordent les petits ruisseaux.

Houttuynia

Houttuynia
© Thinkstock

Plante couvre-sol de terrain frais à humide, l’houttuynia forme un tapis végétal bien fleuri en été. Sa variété la plus connue se remarque par un feuillage panaché de trois couleurs plus le vert, panachage qui lui a donné le surnom de plante caméléon.

Hydrocharis morsus-ranae

Hydrocharis morsus-ranae
© GorissenM/CC BY-SA 2.0/Flickr

La morène, Hydrocharis morsus-ranae, est une jolie plante flottante, une hydrophyte vivace à l'allure de nénuphar, pouvant prospérer en petit bassin de jardin, en grand aquarium d'eau froide tout comme en étang.

La morène forme des rosettes d'où partent les racines, de nombreux stolons fins et les feuilles. Ces dernières mesurent de 5 à 6 cm de diamètre et sont cordiformes. Les racines ne s'accrochent normalement pas au substrat.

Hydrocotyle vulgaris

Hydrocotyle vulgaris
© Thinkstock

L’écuelle d’eau « vulgaire », ou commune se rencontre facilement dans les petits cours d’eau européens, ou dans des lieux fortement humides. Elle apprécie notablement les zones de tourbière aux sols acides, et l’eau dont le sol de plantation est de préférence acide.

Iris des marais

Iris des marais
© Thinkstock

L’iris des marais est une vivace herbacée pouvant dépasser 1 m de hauteur, avec certains plants exceptionnels atteignant parfois jusque 2 m. Les feuilles dressées mesurent jusqu’à 90 cm de long et 3 cm de large.

Iris pseudacorus se propage rapidement, à la fois par son rhizome et la dispersion des graines dans l’eau (hydrochorie). Alors qu’il est essentiellement une plante aquatique, ses rhizomes supportent des conditions prolongées de sécheresse.

Iris japonais

Iris japonais
© Thinkstock

Les iris d'Extrême-Orient, qu'il s'agisse de l'iris de berge Iris ensata ou de l'iris de rive, strictement japonais, Iris laevigata, sont très recherchés pour leurs tons bleutés, pâles (jusqu'à blanc) ou violet intense. Ils sont plus tardifs en floraison (juin-juillet) que l'iris jaune des marais, et surtout plus délicats. Ils craignent le calcaire, vivent plutôt en surface que sous l'eau, mais la terre doit rester saturée, surtout en été.

Iris versicolor

Iris versicolor
© Charles de Mille-Isles/CC BY 2.0/Flickr

Iris versicolor est originaire d'Amérique du Nord, tant aux États-Unis qu'au Canada, il pousse dans les marécages, sur les prairies détrempées et en bordure des lacs et rivières.

Iris versicolor apprécie les zones anthropiques, où l'homme a perturbé les habitats, habitats humides constitués naturellement par les marais, les prairies humides et les champs souvent saturés en eau, les bords de rivières ou les lacs, et toute berge de zones humides.

Jacinthe d’eau

Jacinthe d’eau
© Katja Schulz/CC BY 2.0/Flickr

Plante flottante, non rustique, la jacinthe d’eau est une des plus belles plantes aquatiques avec ses fleurs lilas, bleus violacés à rosâtres et son feuillage bien vert. Elle s’adapte aisément à un bassin, une mare, un étang, un bac ou un aquarium…

Lotus

Lotus
© Thinkstock

Aucun jardinier ne peut rester insensible à la beauté rare et exotique du lotus sacré ! Sa floraison est un spectacle extraordinaire en été, quand les pieds de lotus sont plantés nombreux dans des étangs ou de grands bassins.

Apprécié pour orner les bassins, le lotus sacré se distingue du nénuphar par la disposition de ses feuilles, qui ne flottent pas (excepté en début de croissance), mais s’érigent bien au-dessus du niveau de l’eau, parfois à 1 ou 2 m de hauteur.

Lysimaque

Lysimaque
© Frank Mayfield/CC BY-SA 2.0/Flickr

Ces plantes de la famille des Primulacées (ou Myrsinacées selon la classification) poussent au bord de l'eau, dans les prairies humides… Environ une dizaine d'espèces sont cultivées dans nos jardins.

Vivace vigoureuse et rustique (jusqu’à -28 °C et plus) au développement rapide, la lysimaque est dotée d'une souche rhizomateuse traçante qui peut se révéler envahissante en conditions favorables. Facile à cultiver, elle ne demande qu'une seule chose : de l'humidité. Elle s'adapte à tous les sols.

Menthe aquatique

Menthe aquatique
© pverdonk CC BY-NC 2.0 / Flickr

La menthe aquatique, Mentha aquatica, est une plante aquatique semi-immergée qui présente un feuillage odorant et de jolies fleurs mauves qui attirent les insectes tout l’été. Son goût est cependant moins appréciée que celui de la menthe classique.

Menyanthes trifoliata

Menyanthes trifoliata
© gailhampshire/CC BY 2.0/Flickr

Cette belle plante de sols acides, tourbeux, s'apprécie pour son feuillage et ses fleurs d'une grande finesse. Au bord des étangs, des lacs et des rivières, le trèfle d'eau est souvent associé aux zones de tourbières. Il peut former de grandes colonies dans des eaux peu profondes.

Mimulus

Mimulus
© J Brew/CC BY-SA 2.0/Flickr

Plante annuelle, vivace ou sous-arbrisseau de 0,30 à 1 m de hauteur, le mimulus adopte un port érigé, décombant (dressé, puis retombant) ou tapissant selon les espèces.

Dans la nature, les mimulus vivent pratiquement tous dans des lieux humides, voire détrempés, mais certains ne résisteront qu'en terrain bien drainé et même un peu sec.

Myosotis des marais

Myosotis des marais
© Thinkstock

Le myosotis des marais, Myosotis scorpioides (anciennement Myosotis palustris), est une plante vivace de zone très humide rampante qui fut, probablement, à l'origine du nom « forget me not » (« ne m'oubliez pas ») utilisé par les Anglais.

La floraison s'étale de mai à juillet ou juin à septembre selon les latitudes. Elle produit de nombreuses petites fleurs bleues à gorge blanche de 5 à 8 mm de diamètre. Les fleurs sont constituées de cinq pétales.

Nénuphar

Nénuphar
© Zruda/CC BY-NC-SA 2.0/Flickr

C’est la plante aquatique par excellence, présente dans toutes les pièces d’eau ou presque ! À condition de choisir une variété adaptée à la taille du bassin et de la diviser régulièrement, le nénuphar est facile à cultiver.

Les variétés hybrides naines ou miniatures peuvent se développer et fleurir dans un simple bac installé sur la terrasse ou dans un tout petit bassin, plantées sous une profondeur d’eau de 0,25 m seulement.

Nymphoides peltata

Nymphoides peltata
© Chris Gladis CC BY 2.0/Flickr

Moins spectaculaire que les « vrais » nénuphars, Nymphoides peltata ou faux nénuphar n’est cependant pas dépourvue d’intérêt. L’espèce présente une souche rhizomateuse mince de laquelle partent des tiges et pétioles plus ou moins flottants.

Ses petites fleurs, blanches, mais le plus souvent jaune doré de 3 cm, en forme d’étoile, s’épanouissent de mai-juin à juillet-août. Elles comportent cinq pétales velus et dentés sur les bords. La floraison émerge à 10 cm au-dessus de l’eau.

Oenanthe

Oenanthe
© Jeremy Halls/CC BY-SA 2.0/Flickr

L'œnanthe fistuleuse, Oenanthe fistulosa, est une plante facile, vivace à tiges creuses, présente en France naturellement. L'œnanthe supporte une immersion de 10 cm et devient ainsi utilisable en lagunage pour l'épuration de l'eau d'un bassin de jardin.

Orontium aquaticum

Orontium aquaticum
© Thinkstock

La bougie d’eau, Orontium aquaticum, est une plante aquatique formant des tapis et des touffes de fleurs jaunes et effilées, très précoces. Cette petite plante, de 20 cm environ, vit à la surface de l’eau.

La croissance de la bougie d’eau est assez lente au début, préférez une exposition très ensoleillée et une situation isolée des autres végétaux aquatiques.

Peltandra virginica

Peltandra virginica
© Maggie McCain/CC BY-SA 2.0/Flickr

Cette plante aquatique est particulièrement courante dans et le long des plans d'eau lents et peu profonds, où Peltandra virginica peut produire de grandes colonies. Ses rhizomes sont tolérants à de faibles niveaux d'oxygène dans les sols humides. Cette plante rustique résiste facilement à -20 °C.

Phalaris

Phalaris
© Thinkstock

C'est sous sa lumineuse forme panachée qu'on l'utilise dans le jardin. Cette graminée vigoureuse se fait à toutes les situations offrant du volume aux massifs et aux berges des bassins. Un conseil : la tenir à l’œil car elle se montre vite envahissante !

Plantain d’eau

Plantain d’eau
© Amadej Trnkoczy/CC BY-NC-SA 2.0/Flickr

En Europe, le plantain d’eau est très commun dans les fossés et prairies humides, sur les bords des rivières, des étangs et des lacs.

Le plantain d’eau est une plante très facile, elle supporte d’être émergée et accepte bien l’immersion car les tissus accueillent une structure de lacunes permettant à l’air de circuler et aux feuilles de flotter. En effet, il s’agit d’une plante herbacée vivace, hélophyte et amphibie.

Pontederia

Pontederia
© Joy Weese Moll/CC BY-NC 2.0/Flickr

Cette fleur aquatique est particulièrement décorative grâce à sa floraison se prolongeant tout l’été. Rustique, facile à cultiver et à multiplier, poussant rapidement, le pontédérie contribue en outre à l’épuration du bassin.

Dans les étangs naturels, ce sont de bonnes fixatrices de berges.

Potamots

Potamots
© Jeremy Halls/CC BY-SA 2.0/Flickr

Les potamots sont des plantes d'eau fraîche (évitez les températures de l'eau supérieure à 25 °C en milieu naturel), des plantes oxygénantes à croissance rapide. La plupart préfèrent des eaux dures, calcaires, mais supportent aussi d'autres conditions.

Renoncule aquatique

Renoncule aquatique
© Thinkstock

Cette plante très décorative, mesure de 15 cm à 1 m de longueur. Ses petites fleurs blanches à étamines et cœur jaunes sont solitaires et s'épanouissent sur de longs pédoncules et à quelques centimètres au-dessus de l'eau. La renoncule aquatique fleurit de juin à août.

La renoncule aquatique joue un rôle très important dans les bassins ou dans les mares car elle produit de l'oxygène pour la faune aquatique. C'est aussi un excellent refuge pour les poissons, les alevins et les larves d'insectes.

Renouée

Renouée
© Thinkstock

Vivace très rustique, robuste et vigoureuse, la renoué se reconnaît à coup sûr à ses nœuds renflés sur les tiges et à sa floraison sous forme d’épis colorés.

On rencontre la renouée dans les lieux frais ou humides, elle apprécie généralement une ombre légère et de la fraîcheur.

Renouée amphibie

Renouée amphibie
© Jörg Hempel/CC BY-SA 2.0/Flickr

La renouée amphibie (Persicaria amphibia ou Polygonum amphibium) forme de beaux épis de fleurs rougeâtres en été. Elle pousse sur la terre ferme des berges mais aussi en pleine eau, jusqu'à 40 cm de profondeur. Dans ce cas, le feuillage flotte en surface.

Rheum palmatum

Rheum palmatum
© peganum/CC BY-SA 2.0/Flickr

Les rhubarbes médicinales Rheum palmatum et Rheum officinale sont des rhubarbes décoratives, d'ornement, de grande taille, appréciant l'humidité des bords d'un plan d'eau. Rheum palmatum est parfois confondue avec la rhubarbe de jardin que nous mangeons.

Rheum palmatum est une grande plante herbacée, forte, pérenne, qui atteint une hauteur de 1,5 à 2 m pour des pieds bien installés.

Rhynchospora colorata

Rhynchospora colorata
© T.Voekler/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

Rhynchospora colorata est une plante de berge, une sauvage vivace, dont les spectaculaires bractées blanches (des feuilles modifiées) entourent de petites fleurs vert tendre. Son port proche des carex en fait une pièce de choix autour d'un bassin.

Roseau

Roseau
© Thinkstock

Les roseaux peuvent servir à isoler une des rives d’un étang, ou d’un grand bassin de jardin, d’un vent dominant. Ces espèces sont extrêmement répandues et abondantes dans presque tout le monde. Les roseaux sont capables d’exploiter les habitats anthropiques, modifiés ou créés par l’homme. Très résistants, ils sont connus pour faire face aisément à de nombreuses menaces.

Rumex hydrolapathum

Rumex hydrolapathum
© BerndH/CC BY-SA 3.0/Wikimedia

La patience d'eau (Rumex hydrolapathum), une patience aquatique européenne, est la plus grande du genre, atteignant parfois 2 m de haut grâce à ses tiges florales.

Elle pousse au bord des lacs et des rivières, et de la mer aussi. Elle est généralement proche de la rive de la ligne d'eau ou croissant en eau peu profonde.

Sagittaire

Sagittaire
© Thinkstock

La sagittaire est une plante aquatique très décorative avec ses feuilles en forme de flèche qui se dressent au-dessus de l’eau. Oxygénante et déphosphatante, elle est également utilisée pour épurer les eaux usées.

Un autre atout esthétique de la sagittaire est sa floraison estivale (entre juillet et septembre selon les espèces), à condition toutefois qu’elle ne soit pas plantée trop profondément : les hampes ramifiées se parent de jolies fleurs blanches à cœur jaune ou pourpre, organisées en grappe.

Salicaire commune

Salicaire commune
© Thinkstock

La salicaire commune, Lythrum salicaria, appartient à la famille des Lythracées et au genre Lythrum. C’est une plante vivace de milieu humide. C’est ainsi qu’elle pousse spontanément en bordure de ruisseau, de fossés et dans les zones marécageuses.

Les fleurs, groupées en verticilles forment un épi terminal d’un rose soutenu et lumineux. Le fruit est une capsule ovoïde contenant de nombreuses graines qui sont le plus souvent dispersées par l’eau ou les oiseaux.

Sparganium erectum

Sparganium erectum
© Xavier Béjar/CC BY-SA 2.0/Flickr

Le rubanier d'eau (Sparganium erectum) appartient au monde de la roselière en milieu humide, en eau peu profonde. C'est une plante émergente qui pousse dans la boue, en marge des plans d'eau. Cette espèce vivace fleurit tout l'été.

Stratiotes aloides

Stratiotes aloides
© Jörg Hempel CC BY-SA 2.0/Flickr

Vivace et persistante, l'aloès d'eau est très rustique et adapté à nos latitudes, l'aloès aquatique passe l'hiver sous une bonne couche d'eau.

Au printemps, le Stratiotes aloides remonte vers la surface et flotte à demi immergé, semblable à un ananas. Des fleurs blanches composées de 3 pétales apparaissent alors à quelques centimètres au-dessus de la surface de l'eau.

Thalia dealbata

Thalia dealbata
© Lip Kee Yap/CC BY-SA 2.0/Flickr

La thalie blanchie, Thalia dealbata, ou le rubanier des Indes, est une plante insolite au milieu de l’eau. Avec un feuillage d’allure exotique et des épis floraux bleutés sur de longues tiges raides, la thalie résiste assez bien au froid.

Véritable point central d’un bassin de jardin (assez profond), elle peut aussi orner un plan d’eau naturel de dimensions réduites, comme un petit étang. Les inflorescences peuvent être décoratives en bouquet.

Typha

Typha
© Ryan/CC BY 2.0/Flickr

Ces plantes vivaces, très rustiques et amphibies, sont originaires d'Europe et d'Amérique du Nord. Les massettes sont présentes en zones tempérées et chaudes de l'hémisphère nord, en bordure de lacs, étangs et zones humides.

Le genre Typha, mieux connu sous le nom de massette, est constitué d'une dizaine d'espèces qui forment toutes des colonies près des points d'eau ou dans des champs humides avec des capacités dépolluantes particulières.

Utricularia vulgaris

Utricularia vulgaris
© Aaron Carlson CC BY-SA 2.0 / Flickr

L'utriculaire commune, ou vulgaire, Utricularia vulgaris, est une plante aquatique carnivore ! Très particulière avec ses feuilles en forme d'outres, elle s'installe jusqu'à une profondeur de 1,20 m et se propage sur un 1 m de diamètre.

L'utriculaire est une bonne plante oxygénante, absorbant le gaz carbonique et dégageant de l'oxygène, primordial pour les poissons.

Veronica beccabunga

Veronica beccabunga
© Joan Simon/CC BY-SA 2.0/Flickr

Veronica anagallis-aquatica est un plantain semi-aquatique. Veronica beccabunga est son équivalent purement aquatique qui accepte les projections d'eau de cascade, fontaine et jets d'eau. Le choix se portera donc en fonction du lieu de plantation.

Victoria cruziana

Victoria cruziana
© David Barrie / CC BY 2.0 / Flickr

Les nénuphars géants, Victoria cruziana et Victoria amazonica, sont des monstres exotiques, qui ne sont pas de vrais nénuphars. Victoria amazonica est la plus grande des plantes aquatiques du monde, avec un énorme « moule à tarte » de 3 m de diamètre !

La fleur, qui sent l'ananas (très forte odeur, identifiable à 5 m de distance la première nuit), est blanche, légèrement émergée, et atteint 25 à 40 cm du diamètre pour V. amazonica (5-7 cm de moins pour V. cruziana) : là encore, c'est du gigantisme.

Œnothère aquatique

Œnothère aquatique
© Rusty Clark - hottnfunkyradio.com/ CC BY 2.0/Flickr

L’œnothère aquatique s'implante facilement sur des pièces d'eau situées en climat doux. Sa belle floraison estivale jaune d'or et son feuillage vert touffu y sont très décoratifs. Mais faites attention car elle peut devenir rapidement envahissante.

Si vous souhaitez la cultiver, plantez-la uniquement dans un bassin fermé et entouré de vastes étendues de sols secs bien drainés.

Trouvez la fleur aquatique idéale !

Trouvez la fleur aquatique idéale !
© Finemedia

Affinez votre recherche en fonction du pH du sol, de l’ensoleillement ou encore du climat de votre région grâce à notre service Trouver une plante !

Ces pros peuvent vous aider