Réussir l'aménagement d'un bassin

Sommaire

Vous avez construit un bassin et vous devez maintenant l'aménager, végétaliser ses rives et le bassin lui-même, créer des voies de cheminement et composer une atmosphère magique grâce au son et à l'éclairage des lieux.

Voici comment réussir l'aménagement d'un bassin.

 

1. Cas 1 : aménagez des circulations autour d'un bassin de forme géométrique

La circulation aisée autour d'un plan d'eau est essentielle pour assurer la sécurité et faciliter l'entretien. Les contours doivent être évidents pour éviter toute chute intempestive, ce qui n'exclut pas d'installer des zones de plantation dense pour servir de rempart, ou encore une plage de sable. Des mesures de sécurité supplémentaires sont à prévoir en présence de jeunes enfants.

Les bassins de forme géométrique positionnés au ras du sol exigent l'installation d'une margelle en dalles de pierre ou céramique. Elle permet de masquer les parois, de consolider le bord et de souligner la forme du bassin.

Conseil : pensez à faire déborder le dallage régulier de 2 ou 3 cm au-dessus de l'eau pour des raisons esthétiques.

  • Formez une chape de béton de 6 cm d'épaisseur, armée d'un treillis soudé si nécessaire, tout autour du bassin.
  • Étalez un mortier de scellement de 2 ou 3 cm, dosé avec 1 part de ciment pour 6 parts de sable.

Bon à savoir : un enduit destiné à étanchéifier l'intérieur d'un bassin devra également comporter de la fibre de verre.

  • Pour assurer un jointoiement étanche entre les dalles, dosez le mortier à raison de 1 part de ciment pour 3 parts de sable tamisé, gâché avec très peu d'eau afin de ne pas tacher les dalles. S'il s'agit de briques : dosez à 1 part pour 4 à 5 parts de sable.

À noter : les margelles en bois sont vissées sur une structure en bois fichée dans le sol. Utilisez du bois imputrescible (acacia, châtaignier, sapin de Douglas, bois exotique) ou traité en autoclave.

Cas 2 : aménagez un bassin de forme naturelle

Les bassins de forme plus naturelle se contenteront d'un caillebotis posé sur des traverses ou d'un sentier cheminant à au moins 60 cm de la rive afin de ne pas l'endommager.

Installez un caillebotis

Le caillebotis constitué de dalles de bois imputrescible ou traité peut se poser directement sur le sol à condition que celui-ci soit bien stabilisé. Sinon la réalisation d'une muralière fixée au mur de la maison, en bois de Douglas par exemple (bois de classe 3), positionné à au moins 15 cm au-dessus du sol au moyen de plots, garantit une stabilité et une pérennité de l'installation.

Créez un pas japonais et/ou un ponton

Le ponton et le gué (pas japonais) qui s'avancent sur l'eau, menant à un îlot ou à un autre bord, sont des aménagements idéaux pour avoir une vue plongeante sur l'eau et sa faune.

La construction d'un ponton qui vient au-dessus de l'eau exige les compétences d'un professionnel pour assurer la sécurité de l'ouvrage, notamment l'ancrage à la rive, qui implique une consolidation des berges. Prévoyez une largeur minimale de 60 cm afin que deux personnes puissent se croiser.

Le gué ou pas japonais est constitué de dalles de pierre, de béton ou de lattes de bois rainuré posées sur de solides plots en béton, au milieu du plan d'eau :

  • Coulez un plot de béton sous chaque pas avant de poser la bâche, de l'isoler avec une bonne épaisseur de feutre en dessous et au-dessus pour éviter de la percer, puis de poser le plot de béton sur lequel repose la dalle du pas japonais.
  • Choisissez des dalles d'au moins 40 cm de côté, présentant une surface rugueuse pour éviter de glisser. L'espacement entre les dalles ne doit pas dépasser 50 à 60 cm, soit la longueur d'un pas, pour éviter les chutes. Si vous utilisez des pierres de forme irrégulières et de surface moindre, diminuez la distance entre elles.
  • Concevez une circulation suffisamment rectiligne pour ne pas surprendre les pas du promeneur ou placez des obstacles comme une grosse touffe de Pontederia ou un rocher, et veillez à positionner les dalles bien horizontales à l'aide d'un niveau.

Bon à savoir : la présence d'un pont, qui est un élément assez onéreux, doit se justifier. Il doit être le prolongement logique d'une allée et mener vers un point important comme un îlot, un pavillon ou vers une autre rive, etc. Il se place généralement à l'endroit le plus étroit du plan d'eau. Sa longueur doit mesurer au moins 5 à 6 fois sa largeur pour des raisons esthétiques. L'achat d'un pont en bois ou métal déjà construit est réalisable si ses dimensions conviennent. Pensez à l'intégrer au mieux dans le paysage en cachant l'embase avec des plantes au feuillage généreux.

2. Plantez les berges du bassin ou de la mare

La végétalisation d'un bassin peut concerner à la fois les berges et le bassin lui-même :

  • Certains bassins de forme géométrique se conçoivent sans berges et le fleurissement du bac lui-même reste souvent limité.
  • D'autres, comme les mares, ont tout intérêt à accueillir une végétation variée le long des rives pour les mettre en valeur et créer un véritable écosystème. La surface couverte par les végétaux aquatiques doit cependant être contrôlée si vous voulez éviter que la mare ne se ferme complètement avec le temps.

La période idéale pour planter les végétaux autour et dans le bassin se situe entre mai et octobre. Face à la variété des plantes, il est bon de se fixer des objectifs afin de se limiter à quelques plantes et ne pas combler toute la surface du miroir. Arbres, arbustes, vivaces, depuis les mousses et fougères jusqu'aux plantes fleuries des marais, entrent dans le décor d'un bassin. L'important est d'harmoniser les tailles et les formes :

  • Commencez par dessiner votre bassin sur papier à une échelle de 5 cm pour 1 m ou 1 cm pour 1 m si le bassin est de grande dimension. Tracez également le bâti avec ses ouvertures afin de ne pas commettre l'erreur d'obstruer la vue.
  • Consultez des catalogues de plantes aquatiques et de vivaces de lieux humides pour avoir une vision étendue des possibilités qu'offre l'aménagement d'un bassin. S'il s'agit d'un étang ou d'un lac, les arbres sont également à prendre en considération.

Les arbres de rive

Introduire des essences arborées typiques des milieux aquatiques n'est possible que si le lieu est naturellement humide, à moins d'arroser et d'offrir un sol qui retiennent l'eau (argileux ou limoneux). Dans ce cas, plantez à au moins 3 mètres des rives les arbres à racines puissantes pour éviter de les endommager.

Les essences ornementales les plus communes sont les érables japonais, liquidambars, cyprès-chauves (qui nécessite un sol humide et forme des pneumatophores le long de la rive), en raison de leur feuillage automnal d'exception.

Pour intégrer un étang dans un environnement plus naturel, choisissez des essences comme :

  • l'aulne ;
  • le frêne ;
  • le saule : attention à la taille imposante des saules pleureurs, préférez les saules moyens comme Salix caprea, les cultivars de S. alba, S. matsudana 'Tortuosa' ou les saules rampants comme Salix integra, purpurea ou reticulata ne dépassant pas 1,50 m de haut ;
  • le peuplier, qui présente un port en colonne plus ou moins large :
    • Populus alba 'Nivea' est à éviter en sol sableux du fait de sa tendance à drageonner.
    • P. alba 'Pyramidalis' ­se plaît en terrain légèrement humide.
    • P. nigra 'Italica' est très imposant et a besoin de beaucoup d'humidité.
    • P. tremula 'Erecta' possède un port léger et une forme plus érigée que le type, de 8 m de haut sur 1,50 m de large.

Les vivaces de milieu humide

Elles se choisissent en fonction de leur silhouette, de leur couleur, de leur dimension à l'âge adulte mais aussi de leur profondeur idéale de plantation. Les plantes de marécage (Iris laevigata, Caltha palustris, Zantedeschia aethiopica…) acceptent une immersion entre 0 et -10 cm. Leur collet (base des tiges) peut rester immergé en permanence, contrairement aux plantes de berge qui tolèrent seulement une immersion temporaire.

  • Mêlez les formes :
    • plantes rampantes pour couvrir les rives ;
    • plantes buissonnantes pour donner du relief ;
    • plantes érigées pour donner de la fluidité, structurer le massif et attirer l’œil.

Bon à savoir : les grandes masses peuvent s'utiliser pour briser la profondeur de vue et attirer l’œil vers un espace, en les plantant perpendiculairement à l'axe de vue, ou au contraire pour approfondir la perspective par une plantation parallèle à l'axe de vue.

Les plantes aquatiques

Les plantes aquatiques ou d’eau franche ont un enracinement qui se situe entre -10 et au-delà de -150 cm d’eau. Certaines flottent littéralement à la surface de l’eau comme l’Hydrocharis morsus-ranae et se meuvent au gré du courant. Les autres s’enracinent en profondeur et produisent un feuillage et une floraison en surface, parfois flottant comme chez les nénuphars ou l’Aponogeton.

Conseil : évitez de couvrir plus de 30 % de la surface du miroir.

 

Profondeur de plantation des végétaux aquatiques

               0 à -10 cm

                  0 à -30 cm

               -10 à -30 cm

Acorus calamus ‘Variegatus’

Calla palustris

Caltha palustris

Equisetum

Iris pseudacorus, laevigata

Juncus

Menthe aquatica

Alisma plantago-aquatica

Butomus umbellatus

Cyperus alternifolius, papyrus

Lysimachia thyrsifolia

Phragmites australis ‘Variegatus’

Typha latipholia

Pontederia cordata

Myriophyllum aquaticum Sagittaria

Nelumbo ‘Rosea’, ‘Momo Botan’

Nymphaea ‘Pygmaea Helvola’

Thalia dealbata

Typha angustifolia

3. Créez une ambiance autour de votre bassin

Créez une ambiance sonore

Le son participe à l'atmosphère dégagée par la présence du bassin. Il peut être généré par différents moyens comme :

  • le bruissement d'une cascade ou d'un torrent ;
  • le murmure d'un filet d'eau, d'une source ou d'un ruisseau ;
  • le choc périodique des bambous d'une fontaine japonaise ;
  • le chant des oiseaux ;
  • le bruissement des feuillages d'une graminée, d'un peuplier ou le claquement des feuilles d'un thalia.

Éclairez votre plan d'eau

La touche finale de l'aménagement est donnée par l'éclairage du bassin et de ses rives. Si vous n'avez pas prévu de réseau électrique, il est aujourd'hui facile de trouver des lampes solaires que l'on pose sur l'eau comme des bougies flottantes (boule flottante), que l'on encastre dans les murets et margelles ou que l'on pose sur le sol pour éclairer les feuillages.

  • Pour éclairer un bassin de grande dimension, préférez l'halogène qui émet un puissant faisceau directionnel. Choisissez une lumière blanc froid teintée de bleu pour un éclairage maximal puis superposez un éclairage plus doux légèrement teinté.
  • Vous pouvez également installer des lampes à led, suffisantes pour donner une ambiance douce et économiques. Elles permettent aussi des variations de couleurs. Les strip leds étanches sont des rubans lumineux qui se fixent le long des bords pour en souligner les contours.
  • Éclairez les jets d'eau en intégrant une lampe au départ du jet.

Ces pros peuvent vous aider